Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 16:18

«LE GOUVERNEMENT PRATIQUE LA MÉTHODE COUÉ»

http://www.force-ouvriere.fr/page_principal/semaine/images/mailly_c.pngLe secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, est vent debout contre le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi. A la veille de la journée de mobilisation contre le texte, le dirigeant syndical explique à Metro les raisons de son hostilité.

Quelle sera selon vous l'ampleur de la journée d'action de demain?
Je ne peux pas dire combien nous serons mais une chose est sûre, il y aura du monde. Plus de 170 manifestations sont prévues sur l'ensemble du territoire. Ce devrait donc être une journée réussie sur le plan de la mobilisation.

Concrètement, que reprochez-vous à l'accord sur le marché du travail?
D'abord de faire la part belle à la flexibilité du travail, ce que le patronat demande depuis longtemps. Par exemple, les procédures sur les plans sociaux vont être fortement raccourcies : avec celles qui sont prévues, le site PSA d'Aulnay serait déjà fermé. Les employeurs pourront aussi imposer de la "mobilité interne" via un accord. Moi, je dis que c'est de la mobilité forcée : un salarié qui refusera de bouger sera licencié pour motifs personnels, alors qu'en réalité ce sera un licenciement économique. Des éléments très forts de flexibilité remettent en cause l'ordre public social. Et tous les autres points présentés comme des avancées pour les salariés sont très aléatoires.

La CFDT salue des "nouveaux droits" avec la généralisation des mutuelles d'entreprises, la taxation de certains CDD ou les droits rechargeables à l'assurance chômage...
Ca s'appelle de la communication ! La CFDT dit que les non-signataires de l'accord font de l'intox. N'avoir que cela à nous opposer, c'est quand même léger. Si on prend la complémentaire santé, l'avant-projet de loi a rectifié des dispositions, notamment parce que la généralisation n'était pas assurée dans les petites entreprises. Cela veut dire que non seulement l'accord n'est pas bon, mais qu'en plus il est mal écrit. Et je suis persuadé que pour de strictes raisons de conformité juridique, notamment à des conventions internationales, le projet de loi va devoir encore modifier des points. Quand un syndicat signe cela, c'est quand même gênant.

Dans Libération lundi matin, Michel Sapin assure que la loi "permettra de sauver immédiatement des emplois" en offrant des alternatives aux licenciements. Vous y croyez?
http://www.thehoustonpilgrim.com/images/coue.gifLe gouvernement pratique la méthode Coué. Pour éviter des licenciements dans une situation économique difficile, il faut massivement faire du chômage partiel, c'est-à-dire permettre aux entreprises en réelle difficulté d'y recourir plutôt que de licencier des salariés. Mais ce n'est pas en permettant de licencier plus facilement qu'on diminue le nombre de licenciements. Moi, je crains le contraire.

Le texte arrivera le mois prochain Parlement. Pensez-vous que la majorité peut se fissurer sur cet accord?
C'est aux députés et aux sénateurs de prendre leurs responsabilités. S'ils considèrent qu'ils doivent intégralement respecter un accord et qu'ils votent une loi qui n'est pas conforme, tans pis pour eux. Mais je rappelle que sur le contrat de génération, ils ont bien modifié un peu la loi. Je ne vois pas pourquoi ils ne le feraient pas à nouveau. Notre responsabilité, c'est de peser pour que les dispositions les plus nocives ne soient pas transposées, et que le texte bouge le plus possible. Tant que ce n'est pas fini, nous continuerons à faire pression.

Propos recueillis par Gilles Daniel




Partager cet article

Repost 0
Published by FO Hebdo - dans FORCE OUVRIERE
commenter cet article

commentaires

Archives

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -